N'est pas mort ce qui à jamais dort ...

Centralia : La ville qui n'existe plus ( Silent Hill en vrai )

13 Mars 2012 , Rédigé par Kthullu Publié dans #Insolite

En Pennsylvanie, il y a une ville que les cartes ne mentionnent plus. A la place du tronçon de route qui y conduisait, on trouve aujourd’hui une déviation. Si l’on ignore cette dernière, on découvre alors ce qu’elle contourne : un paysage désolé rempli de maisons abandonnées, de panneaux d’avertissement et d’omniprésents nuages de fumée. Ce sont les restes de Centralia.

 

http://www.axolot.info/wp-content/uploads/2009/06/centralia.jpg

 

L'histoire de ce désastre commence en 1962 , lorsque des ouvriers brulèrent des ordures dans une ancienne mine qui faisait office de décharge. Une veine de charbon s’enflamma, et le feu se répandit à travers les mines abandonnées qui couraient sous le sol de la ville.

Pendant près de 20 ans, les autorités essayèrent par tout les moyens de stopper le feu. On inonda les mines, on creusa des tranchées, on déterra la matière en combustion, mais rien n’y fit. Le sol commença à s’effondrer par endroits, et la catastrophe de Centralia captiva l’attention nationale en 1981, lorsqu’un enfant faillit disparaitre dans un gouffre profond de 46 mètres qui s’était ouvert sous ses pieds.

http://www.offroaders.com/album/centralia/images/old_61_2_small.jpg

 

A ce stade là, après une lutte infructueuse qui semblait sans espoir, des millions de dollars engloutis, et des menaces permanentes telles que les fortes émanations de monoxyde de carbone, l’état de Pennsylvanie décida tout simplement de condamner la ville. Il fallut dépenser des dizaines de millions supplémentaires pour reloger les malheureux habitants.

Aujourd’hui, 50 ans  après l’incident de la mine, le feu brûle toujours. Il s’est étendu sur 160 hectares, et continue de grandir. Mais malgré la vision apocalyptique des rue fantômes de Centralia et de ses crevasses incandescentes, quelques habitants persistent à y vivre: ils étaient 9 en 2007. Les services postaux ayant radié le code postal de la ville, ils ne reçoivent plus de courrier. Et leur espoir de voir les flammes cesser ne sera probablement jamais comblé de leur vivant : il reste assez de charbon pour alimenter le feu encore 250 ans…  C'est cette ville qui à inspiré l'esthétique du film Silent Hill

 

http://www.axolot.info/wp-content/uploads/2009/06/centralia2.jpg

 


Partager cet article