N'est pas mort ce qui à jamais dort ...

Comment un exorciste fait il la différence entre une possession démoniaque et une maladie mentale ?

2 Février 2014 , Rédigé par Kthullu Publié dans #Notions et lexique

La réalisation des exorcismes a été une part importante de l'Eglise catholique pendant des siècles. La pratique remonte à la Bible et les histoires qui sont racontées au sujet de Jésus-Christ combattant les démons qui possédaient le corps de diverses personnes. Par la suite, il a transféré ses pouvoirs d'exorcisme aux Apôtres. À son tour, le sacerdoce de l'Eglise catholique est également dite posséder des pouvoirs d'exorcisme.

Vade retro satanas !

En 1999, le Vatican a publié une révision officielle des lignes directrices à la fois pour effectuer un exorcisme et pour déterminer si oui ou non celui ci est nécessaire. Depuis la première révision en 1614, ce sont les lignes directrices pour déterminer si oui ou non une personne est possédée qui a subi le plus de changements.

Maintenant, l'Église catholique est attentive à discerner ce qu'ils considèrent être la possession effective par une entité démoniaque et la manifestation d'une maladie mentale. Une personne qui sursaute à la vue d'un crucifix ne suffit donc plus à la déclarer possédée .

Cette mise à jour des règles permettant de déclarer une personnes comme étant possédée comprennent la consultation avec des professionnels médicaux et psychiatriques pour écarter toute cause physique de la détresse de la personne ainsi que d'explorer les possibilités de la manifestation d'une maladie mentale avant que le diagnostic de la possession démoniaque lui même ne soit concidéré.

Les choses que le prêtre va chercher sont celles qui ne peuvent pas facilement être truquées, comme parler couramment dans une langue qui était auparavant inconnu de la personne (glossolalie ), et la démonstration d'une force "surhumaine ". Selon l'église, la capacité d'une personne à connaître des choses dont il ne doive absolument avoir aucune connaissance ainsi que de connaitre des renseignements personnels sur les prêtres et les professionnels présent au cours de l'enquête sont aussi un signe qu'ils ont affaire à une possession démoniaque réelle.

Il est aussi très clairement indiqué dans les directives du Vatican que tous les critères ci-dessus peuvent également être truquées, mais bien plus difficilement.

Auparavant, il était assez facile pour une personne de démontrer des symptômes de possession démoniaque, alors qu'il souffrait de quelque chose de complètement différent ou, à partir de rien du tout. À un moment donné, l'agression, la malédiction, les blessures auto-infligées, et une haine démontrée des objets religieux ont tous été considérés comme des signes qu'une personne était certainement souffrante de ce qu'on appelle aujourd'hui "véritable possession."

Les directives misent en place le plus récemment , comme celle d'une personne parlant dans des langues inconnues  ont été mise en place pour aider les prêtres et les conseillers à bien différencier la possession réelle et la pseudo-possession . Une autre des recherches à effectuer, c'est l'apparition des symptômes chez une personne souffrant d'une maladie mentale, souvent la schizophrénie ou d'autres troubles dissociatifs.

L'Eglise catholique a également inclus dans leurs lignes directrices établies que les personnes qui croient souffrir d'une malédiction ou d'une affliction semblable ne mérite pas de subir un exorcisme. L'église et la profession médicale trace la ligne entre le mal humain et le mal démoniaque, et reconnaissent que, dans certains cas, en particulier dans les cas où les affligés sont de vrais croyants, les symptômes peuvent être difficiles à démêler.

Une grande partie de la doctrine sur l'exorcisme est restée inchangée depuis des siècles, y compris la base de ce que cela implique réellement. L'église clame comme étant de la plus haute importance que ce n'est pas l'esprit d'un individu qui est possédé par les démons, mais le corps, mettant l'esprit dans une sorte d'état suspendu alors que le démon prend le contrôle du corps.

Fondamentalement, la description de l'église de ce qui se passe au cours d'une possession démoniaque est tout à fait différente de celle des problèmes psychologiques qui se développent quand une personne souffre d'une maladie mentale.

Exorcisme

Partager cet article