N'est pas mort ce qui à jamais dort ...

Le comte de Saint-Germain (Affaire Dumas et autres étrangetés)

14 Juin 2013 , Rédigé par Kthullu Publié dans #Mystères

Aujourd'hui je vais vous parler d'un sujet qui m'interresse tout particulièrement et certainement l'un de ceux qui m'intriguent le plus , c'est à dire : Le comte de Saint Germain .


L'affaire de la disparition de Maître Dumas


En 1700 , au 22 rue de l'Hirondelle à Paris , vivait un étrange viellard dont le comportement intriguait les bonnes gens. Or quoi qu'on en dise, les bonnes gens ont parfois du flair .

 Cet homme s'appellait Maître Dumas. 20 ans auparavant , Maître Dumas qui semblait peu fortuné avait soudainement montré tous les signes d'une immense richesse . Il s'était fait faire de merveilleux habits , il avait garni sa demeure de tableaux, de tapisseries , de livres rares et l'on affirmait qu'il ne mangeait que dans de la vaisselle d'or.

 Ce changement soudain dans la façon de vivre de maître Dumas donnait lieu , depuis une vingtaine d'années , à bien des rumeurs . On murmurait que le viellard , qui ne fréquentait plus l'Eglise et vivait comme un mécréant, se livrait à la magie et tenait son or du Diable auquel il vouait , d'après eux , certainement un culte secret .

Ce qui a déclenché ces rumeurs ? L'indiscrétion des proches de l'ancien procureur qui avaient révélé que celui-ci s'enfermait tous les soirs dans la pièce la plus haute de sa demeure pour observer les étoiles et se livrer à des opérations cabalistiques .

Et puis les commerçants du quartier qui l'observaient avaient remarqué que, tous les vendredis, vers trois heures de l'après-midi, un homme chevauchant une mule noire qui portait une horrible blessure à la croupe, s'arrêtait devant l'hôtel de Maître Dumas. Ayant attaché sa monture, cet homme entrait par une petite porte et montait directement au grenieroù il allait s'enfermer pendant plusieurs heures avec l'ancien procureur .

Jamais personne n'avait réussi à savoir qui était ce mystérieux visiteur , ni ce qu'il venait faire rue de l'Hirondelle .

Cependant , le 31 décembre 1700, le cavalier arrive, contrairement à sa routine , à dix heures du matin . Il grimpe jusqu'au grenier, et presque immédiatement , Mme Dumas entend son mari pousser un cri éffroyable . Elle se précipite et trouve l'ancien procureur , le visage inquiet , en discution avec son visiteur .

_ Ne vous inquiètez pas, lui dit maître Dumas, et laissez moi avec mon ami .

 

Obéissante l'épouse redescend dans ses appartements.

Vers midi , le mystérieux cavalier quitte la maison et Maître Dumas fait savoir à sa femme par l'intermédiaire d'un domestique , qu' il ne mangera pas ce midi .

La journée passe . Vers cinq heures , madame Dumas , qui a l'habitude d'entendre son mari marcher dans le grenier , est inquiète . Aucun bruit ne provient de l'étage . Accompagné de son fils , elle monte jusqu'à l'observatoire . La pièce est vide , Maître Dumas à disparu !

 

On fait venir la police , des maçons , des charpentiers . La maison est fouillée de fond en comble , les murs sont sondés , on vérifie les cheminées . Rien . L'ancien procureur s'est volatilisé...

 

Pendant des semaines, cette disparition intrigue les braves gens qui occupent leurs veillées à faire les hypothèses les plus folles. on en parle même à la Cour et Louis XV enfant en apprendra , un jour , les détails par le marquis de Villeret .

Profondément marqué par cette enigme, le jeune roi en parlera durant toute son adolescence.

 

Les années passent . En 1758 , un curieux personnage , présenté à la Cour par le marquis de Marigny ( Frère de la Marquise de Pompadour ainsi que surintendant des Beaux-Arts ) , est reçu à Versailles . Ce gentilhomme, dont on dit, entres autres ,  qu'il possède un extraordinaire don de voyance , s'appelle ou plutôt se fait appeller ( son vrai nom étant inconnu ) : Le comte de Saint-Germain . 

Louis XV, ayant posé quelques questions à cet étrange personnage, a soudain l'idée de lui soumettre le problème de la disparition de Maître Dumas .

 _ Monsieur de Saint-Germain, dit-il, vous qui savez tant de choses de ce monde et de l'autre, pourriez vous me dire ce qu'il est advenu d'un personnage qui a disparu il y a cinquante-huit ans ?

_Vous voulez parler de maître Dumas qui habitait rue de l'Hirondelle ? dit le comte de Saint-Germain

Le roi est stupéfait :

_ Comment ? Vous venez en France pour la première fois et vous connaissez cette histoire vielle d'un demi siècle ?

_ Oui.

_ Alors, pourriez vous me dire ce qu'il est advenu de maître Dumas ?

_ Je le pourrais Sire , mais ...

_ Mais quoi , monsieur ?

_ Je craindrais, en dévoilant ce que je sais, d'exposer Votre Majésté à certains dangers .

_ Monsieur, vous m'obligeriez...

_ Comme vous voudrez, Sire .

Alors, le comte de Saint Germain demande un plan de Paris . Il localise dessus l'ancien hôtl de Dumas , place ce morceau du plan sur son front, ferme les yeux , semble faire le vide dans son esprit et demeure silencieux un long moment. Enfin, il murmure :

_ Je vois ...

Puis il rouvre les yeux et dit :

_ Sire , je viens d'assister aux derniers moments de maître Dumas. Ou bien les ouvriers qui le recherchèrent se sont laissé gagner par des gens intéressés à ce que l'affaire n'aboutisse pas, ou bien ils ne possédaient que médiocrement la connaissance de leur métier. Voila ce qui c'est passé: dans un angle du laboratoire, près de la porte d'entrée, plusieurs lames du parquet sont mobiles. Elles recouvrent l'issue d'un escalier qui s'enfonce au travers du plancher et de la muraille. A l'extrémité de cet escalier , on remonte jusqu'a un caveau. C'est à cet endroit que Maître Dumas s'est retiré. A bout de forces, il absorba un puissant narcotique et ne se réveilla plus .

_ C'était donc le diable qui venait le voir ? Demanda Louis XV.

_ Je crois plutôt que c'est maître Dumas qui rendait visite au diable. Sire, que Votre Majesté se fasse rose-croix, je souléverai le dernier voile qui recouvre ce mystère. Actuellement, il m'est impossible de répondre à Sa question, car, en le faisant je m'exposerais aux plus graves dangers .

 

Dès le lendemain , le Roi, poussé par Madame de Pompadour que cette histoire intriguait, demanda au lieutenant de police criminelle d'effectuer des recherches .

On découvrit la lame mobile du parquet, puis l'escalier à vis puis la chambre souterraine, et dans celle ci , au milieu d'un grand nombre d'instruments d'astrologie et de chimie, le cadavre encore vêtu de maître Dumas. Il était là depuis cinquante-huit ans, couché par terre, ayant à ses côtés une coupe d'agate et un flacon de cristal brisé.

L'un des morceaux contenait encore un fragment d'opium.

Tout ce que le comte de Saint Germain avait dit était vrai ...

 

Comte-St-Germain-01---Portrait.jpg 

Le comte de Saint Germain : Immortel ?

Dans la première partie , j'ai simplement parlé , parmi les nombreuses prouesses attribué au Saint Germain , du don de voyance . Mais en réalité , ce qui revient le plus souvent : le comte posséderait le secret de l'elixir de longue vie , la pierre philosophale et serait donc immortel ! . 

La vieille comtesse de Vergy raconte à ce propos une étrange histoire. La première fois où le nom du comte a été annoncé, elle a tressauté : elle se souvenait fort bien d'avoir entendu ce nom-là, une cinquantaine d'années plus tôt, à Venise, où le comte de Vergy était ambassadeur. S'agissait-il du père du comte ? « Non, de moi-même », lui aurait répondu le gentilhomme, qui se souvenait, à son tour, de la belle jeune femme. qu'était la comtesse de Vergy. Stupéfaite, celle-ci lui lance : « Mais, vous auriez au moins cent ans ! » Et le comte de Saint-Germain aurait répliqué : « Ce n'est pas impossible, madame, je suis peut-être plus vieux qu'il n'y paraît. »

En 1775, après la mort de Louis XV, il reparaît en France. La comtesse d'Adhémar reçoit sa visite ; elle lui trouve avec étonnement une apparence physique identique à celle qui était la sienne 17 ans auparavant.

Le comte demande à voir Marie Antoinette. Ayant obtenu son accord, il dit à cette dernière : "La Reine pèsera dans sa sagesse ce que je vais lui confier : Le partie encyclopédique, continue Saint-Germain, veut le pouvoir, il ne l'obtiendra que par l'abaissement total du clergé et, pour parvenir à ce résultat, il bouleversera la monarchie. Ce parti, qui cherche un chef parmi les membres de la famille royale, a jeté les yeux sur le duc de Chartres ; ce prince servira d'instrument à des hommes qui le sacrifieront lorsqu'il aura cessé de leur être utile ; on lui proposera la couronne de France, et l'échafaud lui tiendra lieu de trône. Mais avant ce jour de justice, que de cruautés ! que de forfaits ! Les lois ne seront plus la sauvegarde de l'homme de bien et l'effroi des méchants. Ce seront ces derniers qui saisiront le pouvoir de leurs mains ensanglantées ; ils aboliront la religion catholique, la noblesse, la magistrature..."


Paroles étonnantes et combien prophétiques ! Le comte n'en demeure pas là : il prie la Reine de lui faire accorder une audience de Louis XVI. La curiosité de Marie-Antoinette, avant de répondre, la pousse à lui poser la question suivante : "Monsieur, dit-elle, où êtes-vous né ?"

Le comte répond : "A Jérusalem, Madame."

"et il y a de cela ?"

- La Reine me permettra d'avoir une faiblesse commune à nombre de personnes, je n'aime pas dire mon âge, cela porte malheur "

En 1776, le comte était en Allemagne, où il se fait appeler comte Welldone.

Officiellement , il meurt en 1784 , mais on le voit dès l'année suivante à une réunion maçonnique et les fouilles pratiquées dans son tombeau ont révélé que celui-ci était vide. L'inscription de la pierre tombale continue à nous interpeller : « Celui qui se faisait appeler comte de Saint-Germain et Welldone et dont on ne sait rien de plus repose dans cette église. » .

Un peu plus tard en 1785 il a été vu en Allemagne avec Anton Mesmer, le créateur de l'hypnose . (Certains prétendent que se serait Saint-Germain qui a donné Mesmer les idées fondamentales pour l'hypnotisme et le magnétisme personnel.)

Des documents officiels de la franc-maçonnerie montrent qu'ils ont choisi Saint-Germain en tant que représentant lors d'une convention en 1785.

En 1788, le comte de Châlons affirme l'avoir rencontré à Venise, place Saint-Marc, et s'être entretenu une heure entière avec lui...

Un jour de 1789, la comtesse d'Adhémar trouve chez elle un billet qui dit : 

"Tout est perdu, Madame la comtesse, ce soleil est le dernier qui se couchera sur la monarchie, demain elle n'existera plus, il y aura un autre chaos, une anarchie sans égale...."

et c'est signé "Comte de Saint-Germain"

Il faut insister sur la date de cette lettre : 1789. A cette époque, le comte était officiellement mort depuis 5 ans !...

Surprise, Mme d'Adhémar se rendit à l'Eglise indiquée par Saint-Germain. Elle vit venir un homme en qui elle reconnu son ancien ami "avec le même visage de 1760".

Après quelques mots aimables, le comte redevint grave : 

"- Verrez-vous la Reine ?

- Non elle est vouée

- Vouée ! A quoi ?

- A la mort !"

-Bouleversée, la comtesse demanda alors : "-Et la France ?

- Royaume, république, empire. Etat mixte, tourmenté, agité, déchiré. Elle sera divisée, morcelée, dépecée...

- Vous êtes un terrible prophète ! quand vous reverrai-je ?"

- Encore 5 fois. Ne souhaitez pas la 6ème"

 

En 1790 , il rencontre Rudolph Graffer en Allemagne et se fait reconnaitre par lui . 

 

En 1798, il réapparait à Vienne

En 1821, Mme d'Adhémar écrit: «J'ai vu Saint-Germain à nouveau, à chaque fois à mon grand étonnement, je l'ai vu quand la reine Marie Antoinette a été assassiné, le 18 brumaire, le lendemain de la mort du duc d 'Enghien, en Janvier 1815, et à la veille de l'assassinat du duc de Berry ". La dernière fois qu'elle l'avait vu c'était en 1820 - et à chaque fois il avait l'air d'avoir le même age que la première fois qu'elle l'avait vu .

Il y avait également des rumeurs sur lui vivant à Paris en 1835, à Milan en 1867 et en Egypte au cours de la campagne de Napoléon.  Annie Besant dit avoir rencontré le comte en 1896 

Un Anglais, nommé Vandam, assure l'avoir rencontré à la Cour de Louis-Philippe, vers 1846 ou 1847 ; Saint-Germain se faisait appeler : Major Frazer.

Mme Blavatzki le retrouve au Tibet à la fin du siècle dernier.

C'est également au Tibet qu'un savant anglais, Leadbater, l'aurait aperçu en 1905.

Le même Leadbater le revoit en 1926 à Rome et lui parle durant une heure.

L'écrivain italien Enrico Contardi-Rhodio raconte une visite que lui a faite Saint-Germain en 1934.

En 1936 , un aviateur dont l'avion s'était écrasé près d'un monastère au Tibet déclare avoir rencontrer parmi les moines un étrange homme qui lui dit : "Je suis le comte de Saint Germain , je reviendrais bientôt en Europe . " Certains prétendent qu'il est toujours en vie de nos jour et qu'il vivrait du coté de Venise .

 feb27stgermainquote.jpg

Saint Germain et l'alchimie : transmutation en tout genre

On prétendait dans Paris que Saint-Germain ne possédait pas seulement de secret de la longévité, mais qu'il connaissait l'art de fabriquer l'or, la pierre philosophale . Il savait aussi, disait-on, faire disparaître des diamants les taches qui en atténuaient l'éclat et créer un gros diamant à partir de plusieurs petits . Il pouvait également faire grossir les perles de plus du double de leur taille de départ ( ce qu'il fit plusieurs fois pour Madame de Pompadour )

A Versailles, on discuta de ce talent peu ordinaire. Louis XV, sceptique, fit appeler Saint-Germain. Lorsque le comte se fut rendu à son invitatioi, Louis XV montra un diamant de médiocre grosseur qui laissait paraître sur l'une de ses facettes une tache : 

"Ce diamant est estimé six mille livres, mais il en vaudrait dix sans la tache. Voulez-vous vous charger de me faire gagner quatre mille livre ?"

Saint-Germain prit entre ses doigts la pierre ; il l'examina avec une attention soutenue.

"Cela est possible, dit-il au bout d'un instant. Dans un mois, je rapporterai ce diamant à Votre Majesté".

Un mois plus tard, on revit Saint Germain à Versailles. Il sortit de sa poche un paquet enveloppé de toile d'amiante : il ouvrit le paquet et il présenta au Roi le diamant sans la moindre tache.

Louis XV remercia M. de Saint-Germain. Il s'empressa d'envoyer M. de Gontaut à son joailler qui offrit neuf mille six cents livres de ce même diamant dont il donnait six mille livres à peine, un mois auparavant.

"Vous devez être fort riche, M. de Saint-Germain, dit le Roi, avec des talents si précieux ?

- Je ne suis pas riche, Sire. Mais j'ai toujours eu tout l'argent qu'il m'était nécessaire d'avoir à travers l'Europe. "

 

------------


Casanova , qui rencontra plusieurs fois le comte , raconte également une histoire à ce sujet . Un jour , Saint Germain , chez qui il se trouvait , lui demanda une pièce de bronze de 12 sols , mit dessus une sorte de graine noire , plaça la pièce sur un charbon ardent, souffla avec un chalumeau de verre, la rendit incandescente et dit : " Attendez qu'elle soit refroidie ! " 

Quand ce fut fait , il sourit: " Prenez-la maintenant, et empochez la , elle vous appartient. "

Cazanova prit la pièce. Elle était en or ... 


Pourquoi "comte de Saint-Germain" ?

A un ambassadeur de Frédéric II, en Allemagne , où je le rapelle il se faisait appeller Welldone ( Ce qui se traduit en anglais par "Bien fait", "Réussi" , ce qui est certainement la raison de ce pseudonyme ) il confie avoir pris auparavant le nom de Saint-Germain qui ne voulait rien dire d'autres que "Saint-Frère" (Sanctus Germanus en latin). Pris dans son ensemble, le nom sous lequel il se fit connaître peut même se traduire par compagnon (Comes) de la Sainte Fraternité.


Autres anecdotes et étrangetées 


  • Il jouait du violon comme un virtuose
  • Il était un peintre accompli , on disait qu'il savait peindre des oyaux d'un réalisme hallucinant , malheureusement aucun tableaux n'a survécu jusqu'à nos jours
  • Partout où il s'est rendu, il a mis en place un laboratoire complexe, sans doute pour son travail d'alchimie
  • Il dînait souvent avec des amis ou des gens haut placés parce qu'il aimait discuter avec eux , à vrai dire , il parlait du début à la fin du repas mais ne mangait quaziment jamais , buvant seulement de l'eau et parfois mangeait du pain .
  • Il préparait des baumes pour teindre les cheveux
  • Il à était lié à plusieurs sociétés secrètes , y compris les Rose -Croix , les Franc-maçons et les chevaliers de la Lumière .
  • Voltaire disait de lui : " C'est un homme qui sait tout et qui ne meurt pas "
  • Il parlait et écrivait parfaitement le français , le grec , le latin , le sanskrit , l'arabe , le chinois, l'allemand, l'anglais , l'italien , le portugais et l'espagnol .
  • Il pouvait écrire des deux mains en même temps sans qu'il n'y ait la moindre différence entre chaque écriture . Un jour le comte de Lambert s'est amusé à lui dicter une scène de Zaïre, Saint Germain l'a écrite sur deux feuilles de papier en même temps .
  • Goethe aurait été un de ses disciples. 
  • Napoléon III, initié aux Carbonari s'intéressa au Comte de Saint-Germain et chargea la police de rassembler aux Tuileries tous les indices possibles le concernant. Ce dossier aurait brûlé lors de l'incendie qui ravagea ce Palais parisien en 1871, ce qui fait qu'il ne reste presque plus aucune trace de l'identité réelle ou prétendue de Saint-Germain.

 

 

Note : Dans les années 1970 , un proche de Dalida nommé Richard Chanfray se faisait passer pour la réincarnation du comte de Saint Germain , il s'est suicidé en 1983 . Il va sans dire que son cas tient plus de la psychiatrie ou de la tentative d'escroquerie que d'un quelquonque rapport réel avec le comte dont cet article parle .

Partager cet article