N'est pas mort ce qui à jamais dort ...

Tueur en série : entre réalité et fiction

5 Février 2012 , Rédigé par Kthullu Publié dans #Notions et lexique

Dans les romans et les films, le tueur en série est un être doué d'une intelligence supérieure, manipulateur et superbe, qui signe ses crimes d'une manière sophistiquée, intellectuelle, en suivant un but précis (signes du zodiaque, péchés capitaux, phases de la lune, copies d'autres tueurs célèbres, etc...). C'est un être d'exception. Un monstre, l'incarnation du Mal.

La réalité est bien plus banale


Leur Mental


Les tueurs en série tuent leurs victimes pour assouvir leur besoin de puissance et de domination. Dans leur vie de tous les jours, ils se sentent minables et rejetés. Ils sont souvent dépressifs. Les meurtres qu'ils commettent leurs permettent de "remonter dans leur propre estime", de ressentir un pouvoir absolu, grisant, sur la vie et la mort d'un autre être humain.


L'intelligence


La grande majorité à la même intelligence (100 de QI) que la population mondiale moyenne. Et ceux qui sont dotés d'une intelligence au-dessus de la moyenne ... ne s'en servent pas. Leur narcissisme, leur incapacité à supporter la moindre frustration les empêchent de profiter de leurs capacités intellectuelles.


Les "Clichés"


Les enquêteurs ne les trouvent pas simplement parce qu'ils ressemblent à "Monsieur tout le monde" et qu'ils se fondent dans la masse. Ils ne se promènent pas avec un masque blanc ou un long couteau sanguinolent, ils n'habitent pas une grande maison lugubre au fond des bois. Parfois, les enquêteurs ne les trouvent pas parce qu'ils ne les cherche pas. Ainsi, Jeffrey Dahmer n'a assassiné que de jeunes homosexuels, souvent des sans-abri ou des fugueurs. Souvent, ses victimes n'étaient même pas signalées comme étant "disparues". (Et, il faut bien le dire, les policiers de Milwaukee n'étaient pas vraiment inquiets que des gays disparaissent, surtout s'ils étaient noirs ou asiatiques...* CQFD).

 

La Signature


La seule "signature" qu'ils laissent est dans leur manière de tuer, en relation directe avec leur fantasme (lacération, arme à feu, strangulation, coups de couteau, viol, décapitation, cannibalisme, nécrophilie, etc), ainsi que dans ce qu'ils font avant et après le meurtre (manière d'attaquer la victime, de la suivre, fouille de la maison, vol d'objet personnel, positionnement du corps, etc).


Lâches & Menteurs


Dans leur grande majorité, ils savent que "tuer est mal". Mais ils n'assument pas leurs crimes et se disent poussés par la société. Ou par leur père ou leur mère, par les femmes, par leur patron, par le Diable, par le chien du voisin... Ce sont des lâches et des menteurs. Généralement, une fois arrêtés, ils avouent tout et même plus, à la fois pour se soulager et pour se vanter. Puis, ils se rétractent et jurent de leur innocence ou assurent être fou ou possédés du Diable...


Déguisement (couverture)


Ils sont ouvriers ou employés, patrons, étudiants, anciens militaires, mariés, voir pères de famille.
L'un se déguise en clown pour les enfants (Gacy), l'autre est bénévole à "SOS amitié" (Bundy), l'un est volontaire dans le programme de co-voiturage de son compté (Suff), l'autre emmène des gamins pauvres en camping (Bishop)... etc.

Partager cet article